LA CANNEBERGE

a canneberge, prénomée «atoka» par les indiens, est un petit fruit de la famille des Éricacées; la même famille que les bleuets. Son taux d'acidité et son taux élevé d'antiocydants lui confèrent plusieurs vertus dont la prévention des infections urinaires, les maladies de la gencive, en plus de réduire le risque de certains cancers.

Morphologie et physiologie de la plante

Le système racinaire du plant de canneberge se développe dans les 10 à 15 cm supérieurs du sol alors que les tiges poussent verticalement et horizontalement. Les tiges horizontales (courants), pouvant atteindre de 30 à 180 cm, sont enterrées dans le sable. Les tiges verticales, quant à elles, ne dépassent guère 30 cm.

Les feuilles ne tombent pas chaque année, mais une fois tous les deux ans. À l'automne, l'abaissement de la température réduit leur contenu en chlorophylle: les feuilles tournent donc au rouge et le demeurent jusqu'au printemps suivant. Les bourgeons se forment sur les tiges verticales.

Les baies de canneberges, une fois à maturité, sont de forme ronde à allongée, de 8 à 25 mm de diamètre (la grosseur des fruits dépend entre autres du nombre de graines qu'ils contiennent) et de couleur rouge plus ou moins foncé, selon les variétés.

La pollinisation

Une bonne pollinisation est essentielle. Le pollen des fleurs de canneberges étant trop lourd et trop collant pour être transporté efficacement par le vent, celui-ci doit être transporté par les abeilles. Il va sans dire que ces dernières constituent un élément essentiel à la culture de la canneberge.

La production

La canneberge a besoin de conditions particulières pour se développer. Un pH acide de 4 à 5 est requis, tout comme une alimentation régulière en eau, surtout à cause de la morphologie de ses racines.

Contrairement à la croyance populaire, la canneberge ne pousse pas dans l'eau. Celle-ci sert à inonder les champs pour récolter les fruits qui se détachent ainsi du plant.

La quantité d'eau requise sert à divers usages, et ce, tout au long de l'année: arrosage pendant les périodes sèches de l'été, protection contre le gel à l'automne et au printemps, protection des plantes du gels lors de la glaciation d'hiver et, tel que mentionné, indipensable pour la récolte ! Précisons qu'une bonne régie permet à la même eau de servir à plusieurs usages.

La récolte

Au Québec, la récolte de la canneberge a lieu de la fin septembre à la fin octobre, lorsque sa teneur en anthocyanine est maximale: l'anthocyane étant la molécule responsable de la pigmentation rouge des baies de canneberge. Plus le contenu en anthocyanine est élevé, plus les fruits sont rouges et attrayants.

D'abord, nous inondons le champ. Ensuite, une machine appelée «eggbeaters» retire les fruits du plant. L'intérieur de la canneberge étant rempli d'air, elle est plus légère que l'eau. Les fruits ainsi libérés flottent donc à la surface.

Nous plaçonsune barrière géotextile qui permet d'établir un périmètre à l'intérieur duquel les fruits s'entassent, facilitant ainsi leur récolte. Les canneberge sont ensuite aspirées dans une remorque, effeuillées et transportées à l'usine où elles sont lavées et débarrassées du sable et des feuilles restantes, puis triées pour ne garder que les plus belles.

Les propriétés nutritiques et thérapeutiques

La canneberge est composée de 88,5% d'eau et de 11,5% de matière sèche. Dépourvue de sodium, contenant peu de sucres et de protéines, riche en vitamine C et au fort taux d'acidité, ce fruit a une activité antiadhésive unique lui conférant de merveilleux pouvoirs antibactériens.

 

Copyright 2002-2010 Festival de la Canneberge de Villeroy